THÉÂTRE – Voyage dans la mémoire d’un fou

Grâce à PSK Production et à l’équipe de Voyage dans la mémoire d’un fou, j’ai été invitée vendredi soir à assister à l’une des représentations du talentueux Lionel Cécilio.

Voyage dans la mémoire d’un fou est un seul sur scène d’1h20 joué dans la petite salle intimiste du théâtre de l’Essaïon dans le marais.

Sur scène : un lit, une porte et une table. Nous entrons dans l’univers d’un jeune homme d’une vingtaine d’années qui décide d’écrire ses mémoires après qu’on lui ai diagnostiqué une maladie incurable et mortelle.

Il nous partage les douleurs que sa maladie lui inflige. A travers son introspection il nous partage ses souvenirs, ses réflexions, sa vision du monde qui nous entoure. Il nous parle d’amour, de solitude, de rêve, de liberté, du regard de l’autre et de la nécessité de prendre son temps dans un monde qui tend à aller toujours plus vite

C’est dans une diction parfaite que Lionel Cécilio nous fait prendre conscience du côté éphémère de la vie et nous fait nous recentrer sur l’essentiel.

Il fait également la satire des institutions comme l’école qui nous forme à entrer dans le moule en blâmant toute différence, du monde hospitalier ou l’argent prime sur le bien être des patients, ou de la religion lorsqu’il s’interroge tout en finesse sur la relativité de l’existence de Dieu.

Lionel Cécilio a su jongler avec les mots et avec nos émotions. Il réveille l’enfant qui sommeille en nous et nous pousse à nous libérer du joug des diktats et du conformisme.

Saisir la vie ou attendre la mort ? Un spectacle aux messages forts, qui vous fera passer du rire aux larmes et de la réflexion à la remise en question sur certains penchants de notre société.

En allant voir le spectacle, je n’avais aucune attente. J’ai été agréablement surprise, ce fût une très belle découverte. Lionel a su me faire voyager.

A la sortie, une seule question nous trotte dans la tête : qui est le fou ? (Le marginal, le conformiste, l’idéaliste ou le résigné ? …)

Ne perdez pas une seconde avant d’aller voir la pièce et n’hésitez pas à me faire un retour pour ceux qui l’ont déjà vu, votre avis m’intéresse beaucoup 🙂

« Le désir est un enfant gâté, il faut tout lui céder parce qu’il est l’encre de nos vies. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s